Rechercher

Le souvenir de ce bébé reste vibrant d’émotion ...


Ce jour-là de 2015, le nouveau Président de la Gironde que je suis devenu vient de poser la 1ère pierre de la pouponnière du Centre Départemental de l’Enfance et de la Famille (CDEF), en présence notamment de la vice-Présidente Emmanuelle Ajon.

Une partie du personnel est présente, et je me dirige vers les agents pour échanger avec eux. Une des auxiliaires de puériculture porte dans ses bras un beau bébé de quelques mois. Lorsque je m’approche, il me tend les bras.

Ce n’est plus le Président qui est face à lui, mais un père, un homme.

Car à cet instant, je suis bouleversé. Qui est cet enfant ? Quelle est son histoire ? Quel terrible parcours l’a mené ici, au CDEF, pour être protégé ? Par ce geste, cet enfant cherche t-il un père, n’importe lequel, le sien, moi ou un autre ? Comment un si jeune enfant peut-il ainsi débuter sa vie déjà fracturée, déjà en rupture ?

Cette semaine, j’ai dévoilé avec Christine Bost, dans un ersatz d’inauguration en raison de la crise sanitaire, la plaque inaugurale.

Les enfants n’arriveront que la semaine prochaine dans cette pouponnière flambant neuve, magnifiquement équipée, qui remplacera avantageusement les actuels modulaires. Mais le souvenir est toujours là, il s’est même ravivé.

Il résonne ainsi quand, au fil de la visite, je découvre la pièce destinée à l’accueil inconditionnel des enfants confiés. De jour, de nuit, des enfants arriveront ici, retirés d’une famille dans laquelle ils se trouvent en danger. Ils y seront accueillis avec la plus grande bienveillance par des professionnel.le.s attentionné.e.s. Mais quel déchirement que de les imaginer là, perdus en arrivant, forcément, bousculés par des histoires de vie qui ne les épargnent pas !

Il résonne aussi quand je découvre la pièce destinée aux adaptations pour les adoptions. Ici, un bébé de quelques mois à peine trouvera une famille prête à l’accueillir et à l’aimer. Pendant une semaine, il dormira ici, et rencontrera chaque jour ses futurs parents, accompagnés par les professionnel.le.s., venus le retrouver pour apprendre à le connaître, apprendre à se connaître.

Il résonne enfin quand j’imagine, la semaine prochaine, les lieux s’animer avec tous ces enfants que l’aide sociale à l’enfance, par décision du juge, place sous la protection du Département, sous ma protection.

Car c’est sans doute la mission qui confie la plus lourde responsabilité au Président de Département que je suis, aidé par tou.te.s ces professionnel.le.s engagé.e.s : celle de protéger plus de 4.500 enfants pour leur donner une nouvelle chance, celle que la vie dans leur famille d’origine ne leur a pas offerte.

newsletter

Pour ne manquer aucune actualité,
inscrivez-vous à la Newsletter

* Champ obligatoire

Je souhaite m'abonner à :
  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram